Escale à Santorin
1_tKp60qDXYlkmSJFdRv2NGg.jpg

Santorin offre l’un des spectacles naturels les plus saisissants de la Méditerranée.
Seule île des Cyclades (avec Milos, moins spectaculaire) d’origine volcanique, elle ne ressemble à aucune autre.

Sa géologie témoigne d’une des plus violentes éruptions de ces 10 000 dernières années, dont beaucoup pensent qu’elle serait à l’origine du mythe de l’Atlantide, cette île gigantesque évoquée par Platon et engloutie par les flots dans un cataclysme provoqué à l'instigation de Zeus.

 

 

 

 

 

 

Le raz-de-marée engendré aurait décimé les flottes marchandes et de guerre de l’Empire minoen, ainsi qu’une bonne partie des cités littorales crétoises.

Lorsque le calme revint, Santorin, auparavant presque ronde, ne formait plus qu’un croissant de lune, enserrant une caldeira ennoyée de 83 km², l’une des plus vastes au monde.


L’arrivée à Santorin par bateau est inoubliable. Face à la proue du ferry se dresse une falaise en à-pic haute de 200 à 300 m, véritable coupe géologique où se superposent les couches de scories et de cendres. Des sentes, des marches, des petites routes étroites, un téléphérique y grimpent hardiment.

Sur le versant opposé, l’île glisse en pente douce vers la mer, jusqu’à des plages de sable gris ou noir, semées de pierre ponce ou de galets.

Il se dégage de cette gigantesque curiosité géologique une atmosphère tout à la fois séduisante et menaçante.
 

go 1200 DSC_3406 b.jpg